© 2019 - site des paroisses de Bagneux et de la Pentecôte à Bourg-la-Reine

Par tél : 01 42 53 14 16   /  8, place de la République, 92220 Bagneux, France

ce site utilise des cookies pour en savoir plus -> cliquez ici

Actualités de la paroisse

Restons unis dans la prière et l’espérance

« Unis avec Jésus-Christ, nous ne sommes jamais seuls » (pape François)

Déposer votre intention de prière : cliquer ici

Aucune messe célébrée

Les Messes du dimanche comme les messes de semaine sont suspendues. Vos prêtres célèbreront la Messe en privé à l’intention de tous.

Nos églises ouvertes

Sur le chemin de vos courses, venez prier individuellement :

  • Saint-Hermeland : 9h-19h tous les jours.

  • Saint-René aux jours du marché : jeudi et dimanche matin.

Sainte-Monique et La Pentecôte restent fermés pendant le confinement.

A votre écoute 01.42.53.14.16

  • La paroisse est à votre écoute ou paroisses.bagneux@gmail.com

  • « Prêtre à votre écoute » : un prêtre de la paroisse vous répond à ce numéro chaque jour, en direct de 17h à 18h.

Maintenons le Lien

Nos communautés vivent l’union des cœurs par de multiples initiatives:

  • Prier en union avec la paroisse : cliquer ici.

  • Recevoir nos message SMS (gratuits) en nous communiquant votre numéro de portable à la paroisse.

  • Voir nos vidéos sur notre chaîne Youtube : cliquer ici.

  • Voir notre page Facebook: cliquer ici.

 

Autres célébrations et activités suspendues

Les autres célébrations et activités : baptême, mariage, chemin de croix, réunions de prière, groupes de partage, catéchisme, etc… sont suspendues. Seules les obsèques sont célébrées, pour des assemblées en petit nombre.

ci-dessous message du père Franck JAVARY

 

Chers ami.es de la paroisse,

 

Qu’il est bon de rester unis par de multiples liens, qui tissent comme une toile d’amitié, même rien ne remplacera la joie d’être ensemble.

 

C’est pourquoi nous continuons fidèlement la parution de notre feuille paroissiale « Le Lien »

 

Vous trouverez aussi, ci-dessous, un texte d’un prêtre de Bordeaux intitulé « Et après ? », que je trouve d’une grande espérance et profondeur.

Le dimanche, séparés de corps mais unis de cœur, vos prêtres célèbrent la messe pour chacun et chacune.

 Vous pouvez suivre cette messe en direct sur notre chaîne Youtube

N’hésitez pas à donner de vos nouvelles, bonnes ou mauvaises, nous les porterons dans la prière,

 

Avec toute mon amitié et ma prière,

 

Père Franck Javary (29 mars 2020)

Et tout s’est arrêté…

 

Ce monde lancé comme un bolide dans sa course folle, ce monde dont nous savions tous qu’il courait à sa perte mais dont personne ne trouvait le bouton « arrêt d’urgence », cette gigantesque machine a soudainement été stoppée net. A cause d’une toute petite bête, un tout petit parasite invisible à l’œil nu, un petit virus de rien du tout… Quelle ironie ! Et nous voilà contraints à ne plus bouger et à ne plus rien faire. Mais que va-t-il se passer après ? Lorsque le monde va reprendre sa marche ; après, lorsque la vilaine petite bête aura été vaincue ? A quoi ressemblera notre vie après ?

 

Après ? Nous souvenant de ce que nous aurons vécu dans ce long confinement, nous déciderons d’un jour dans la semaine nous cesserons de travailler car nous aurons redécouvert comme il est bon de s'arrêter ; un long jour pour goûter le temps qui passe et les autres qui nous entourent. Et nous appellerons cela le dimanche. Après ? Ceux qui habiteront sous le même toit, passeront au moins 3 soirées par semaine ensemble, à jouer,

à parler, à prendre soin les uns des autres et aussi à téléphoner à papy qui vit seul de l’autre côté de la ville ou aux cousins qui sont loin. Et nous appellerons cela la famille.

 

Après ? Nous écrirons dans la Constitution qu’on ne peut pas tout acheter, qu’il faut faire la différence entre besoin et caprice, entre désir et convoitise ; qu’un arbre a besoin de temps pour pousser et que le temps qui prend son temps est une bonne chose. Que l’homme n’a jamais été et ne sera jamais tout-puissant et que cette limite, cette fragilité inscrite au fond de son être est une bénédiction puisqu’elle est la condition de possibilité de tout amour. Et nous appellerons cela la sagesse.

 

Après ? Nous applaudirons chaque jour, pas seulement le personnel médical à 20h mais aussi les éboueurs à 6h, les postiers à 7h, les boulangers à 8h, les chauffeurs de bus à 9h, les élus à 10h et ainsi de suite. Oui, j’ai bien écrit les élus, car dans cette longue traversée du désert, nous aurons redécouvert le sens du service de l’Etat, du dévouement et du Bien Commun. Nous applaudirons toutes celles et ceux qui, d’une manière ou d’une autre, sont au service de leur prochain. Et nous appellerons cela la gratitude.

 

Après ? Nous déciderons de ne plus nous énerver dans la file d’attente devant les magasins et de profiter de ce temps pour parler aux personnes qui comme nous, attendent leur tour. Parce que nous aurons redécouvert que le temps ne nous appartient pas ; que Celui qui nous l’a donné ne nous a rien fait payer et que décidément, non, le temps ce n’est pas de l’argent ! Le temps c’est un don à recevoir et chaque minute un cadeau à goûter. Et nous appellerons cela la patience.

 

Après ? Nous pourrons décider de transformer tous les groupes WhatsApp créés entre voisins pendant cette longue épreuve, en groupes réels, de dîners partagés, de nouvelles échangées, d’entraide pour aller faire les courses ou amener les enfants à l’école. Et nous appellerons cela la fraternité.

 

Après ? Nous rirons en pensant à avant, lorsque nous étions devenus les esclaves d’une machine financière que nous avions nous-mêmes créée, cette poigne despotique broyant des vies humaines et saccageant la planète. Après, nous remettrons l’homme au centre de tout parce qu’aucune vie ne mérite d’être sacrifiée au nom d’un système, quel qu’il soit. Et nous appellerons cela la justice.

 

Après ? Nous nous souviendrons que ce virus s’est transmis entre nous sans faire de distinction de couleur de peau, de culture, de niveau de revenu ou de religion. Simplement parce que nous appartenons tous à l’espèce humaine. Simplement parce que nous sommes humains. Et de cela nous aurons appris que si nous pouvons nous transmettre le pire, nous pouvons aussi nous transmettre le meilleur. Simplement parce que nous sommes humains. Et nous appellerons cela l’humanité.

 

Après ? Dans nos maisons, dans nos familles, il y aura de nombreuses chaises vides et nous pleurerons celles et ceux qui ne verront jamais cet après. Mais ce que nous aurons vécu aura été si douloureux et si intense à la fois que nous aurons découvert ce lien entre nous, cette communion plus forte que la distance géographique. Et nous saurons que ce lien qui se joue de l’espace, se joue aussi du temps ; que ce lien passe la mort. Et ce lien entre nous qui unit ce côté-ci et l’autre de la rue, ce côté-ci et l’autre de la mort, ce côté-ci et l’autre de la vie, nous l’appellerons Dieu.

 

Après ? Après ce sera différent d'avant mais pour vivre cet après, il nous faut traverser le présent. Il nous faut consentir à cette autre mort qui se joue en nous, cette mort bien plus éprouvante que la mort physique. Car il n'y a pas de résurrection sans passion, pas de vie sans passer par la mort, pas de vraie paix sans avoir vaincu sa propre haine, ni de joie sans avoir traversé la tristesse. Et pour dire cela, pour dire cette lente transformation de nous qui s'accomplit au cœur de l'épreuve, cette longue gestation de nous-mêmes, pour dire cela, il n'existe pas de mot.

Père Pierre-Alain Lejeune, prêtre à Saint-Medard en Jalles (33)

feuille paroissiale: cliquez sur l'icone PDF

en savoir plus

01 42 53 14 16

« Confinés mais pas fermés ! » : chronique paroissiale 2

  • Vos prêtres vivent une vie communautaire très régulière maintenant, avec repas, prières et messe quotidienne célébrée pour toute la paroisse. Nous songeons à créer un nouvel ordre religieux : les « chanoines réguliers de Saint-Hermeland » que l’on appellerait les « Hermelanites », ce qui sonne mieux que, par exemple, les « Moniquistes » ou « Saint-Renistes »… Qu’en pensez-vous ?

  • L’EAP s’est réunie mercredi soir en visioconférence, une expérience familière pour certains au travail, une nouveauté pour d’autres. Malgré la séparation des corps, quelle joie de voir nos visages réunis. Nous avons aussi travaillé sur les questions de vie paroissiale et réfléchi à la semaine sainte : comment la vivre en union des cœurs ?

  • Un des sujets abordés est celui de la solidarité : plusieurs paroissien(ne)s proposent leur aide pour faire des courses, aider aux devoirs, passer des coups de fil réguliers à des personnes isolées. La difficulté est de connaître ces situations, si vous-même connaissez dans votre entourage des besoins particuliers, merci d’appeler la paroisse !

Comment accéder à la page Youtube de la paroisse ?

Aucune inscription n’est nécessaire, taper dans votre moteur de recherche

« Youtube paroisse Bagneux » qui vous indiquera le lien. Sur cette page, vous pouvez vous abonner pour recevoir les notifications des vidéos mises en ligne.

Collecte du CCFD-Terre Solidaire

Ce week-end, dans toutes les paroisses, devait avoir lieu la collecte du CCFD-Terre Solidaire. Le covid-19

en a décidé autrement, néanmoins les besoins ne sont pas moins importants. Chaque année, ce sont 423 organisations partenaires dans 63 pays qui agissent directement en faveur de 2,2 millions de personnes.

En Haïti, notre partenaire, l’association Tèt Kolé (solidarité en créole) est un mouvement paysan né en 1989. Partenaire du CCFD-TS depuis 15 ans ce mouvement a un ancrage national. Il regroupe des paysans qui souffrent d’un manque de pratique dans la gestion, Il est au carrefour de plusieurs  dynamiques : agriculture paysanne et agro-écologie - cultures maraîchères en permaculture - mise en place d’un système d’accès à l’eau - formation technique des paysans - promotion des femmes et de la dignité des paysans.

En Indonésie, notre partenaire local mise sur l’engagement de toute la communauté Dayak, un peuple indigène déterminé à protéger les ressources de sa forêt face à l’appétit insatiable de grandes multinationales.

Grâce à notre don de carême, nous construisons un monde où les communautés reprennent leur destin en main. Notre soutien est la marque de la fraternité qui nous unis aux plus démunis. En ces temps très compliqués, nos partenaires n’ont pas moins besoin de notre solidarité. Ne les oublions pas ! Pour les soutenir :

Merci pour votre générosité !

Pour l’équipe locale, Jean Brière

Vivre les scrutins avec nos catéchumènes

Pendant cette période particulière, les rites pénitentiels qui devaient être célébrés pendant les messes, sont supendus aucune messe ne pouvant  être célébrée

Pendant cette ultime préparation aux sacrements de Pâques, l’Église offre aux catéchumènes trois rites pénitentiels que l’on appelle « scrutins ». Ils sont célébrés lors de la messe les 3ème, 4ème et 5ème dimanches de Carême, en lien avec les Évangiles traditionnels de l’initiation chrétienne : Samaritaine, Aveugle-né, Lazare ressuscité. Le mot « scrutin » signifie regarder avec attention : « Scrute-moi, mon Dieu, tu sauras ma pensée ; éprouve-moi, tu connaîtras mon cœur. » (Ps 138, 23). La visée du scrutin est ainsi de mettre à jour, « ce qu’il y a de faible, de malade et de mauvais, pour le guérir, et ce qu’il y a de bien, de bon et de saint, pour l’affermir. » C’est donc une prière de purification et d’encouragement qui sera donnée à nos sœurs catéchumènes Nathalie, Magali, Marie-Laure et Fatiha-Audrey.

Vie de nos communautés

Funérailles chrétiennes à Saint-Hermeland de Madame Irène BRAILLON le 31 mars et de Monsieur Pierre MENAGE le 2 avril.